Sortir du capitalisme

Une critique émancipatrice du capitalisme et son dépassement libertaire

Émissions

Vers une lutte anti-capitaliste généralisée ? Une analyse critique du mouvement étudiant et des cheminots

Une analyse critique du mouvement étudiant et des cheminots, dans l’optique d’une lutte anti-capitaliste généralisée, auto-organisée, émancipatrice, c'est-à-dire d'un Mai 68 (cette fois) victorieux – avec Sylvain de Zones Subversives.

Une analyse critique du mouvement étudiant du Printemps 2018, de son caractère éclaté, de son « fonctionnarisme » étatiste et son exclusion des salarié-e-s du privé, de sa défense réformiste du service public, de son débouché politique (Mélenchon), de son imaginaire limité et de son caractère obsolète (grèves-manifestations intersyndicales-négociations) et nostalgique de 1995 et des « Trente Glorieuses ». Avec, plus particulièrement, une analyse critique du mouvement intersyndical étudiant, sa défense d’une Université idéalisée, son absence de critique de la sélection sociale en fin de collège, de l’Université comme institution capitaliste et de l’existence même de la société de classes. Avec également une critique des cours substitutifs et d’une certaine révérence des étudiants au « savoir critique » des universitaires « de gauche » – au lieu d’une contestation de l’autorité des universitaires, comme en Mai 68 –, d’une culture de l’unité et des consensus interdisant des polémiques au sein des assemblées générales, d’un démocratisme excessivement formaliste et qui n’empêche nullement les bureaucrates des syndicats réformistes de rester maîtres du jeu lorsque des décisions « révolutionnaires » sont votées. Avec un constat de dépolitisation des étudiant-e-s, d’absence relative de discours anticapitalistes émancipateurs, d’absence de débat de fond au sujet du capitalisme et son éventuel dépassement, de « radicalisation » des pratiques mais pas nécessairement des discours politiques et des imaginaires. Avec une critique de la stratégie de grève planifiée des syndicats cheminots, de son obstacle à une auto-organisation des cheminot-e-s, de son corporatisme, et de ses illusions et de son inefficacité. Avec une critique de la « convergence des luttes » comme simple addition de luttes corporatistes, et un constat de l’achèvement du cycle de luttes des mouvements sociaux de défense de service public. Avec un appel à une généralisation et une auto-organisation de la lutte anticapitaliste, notamment à travers des assemblées interprofessionnelles et des actions de blocage économique, et à être attentif aux nouvelles formes de luttes.

 

L'émission complète


 

Liens

Autre émission au sujet du mouvement social de 2018

http://sortirducapitalisme.fr/emissions/252-une-analyse-critique-du-mouvement-social-du-printemps-2018-et-sa-defense-du-service-public

Émissions mentionnées

http://sortirducapitalisme.fr/emissions/206-melenchon-president-en-2017-une-experience-de-pensee-ironique

http://sortirducapitalisme.fr/emissions/197-analyse-critique-des-medias-capitalistes-et-des-medias-altercapitalistes

http://sortirducapitalisme.fr/emissions/159-lordon-altercapitalisme-keynesien-national-etatisme-spinozisme

http://sortirducapitalisme.fr/emissions/154-une-analyse-critique-du-mouvement-actuel-et-de-ses-perspectives-avec-sylvain-zones-subversives

http://sortirducapitalisme.fr/emissions/205-au-dela-de-la-democratie-directe-pour-une-critique-libertaire-du-democratisme

Article de Sylvain de Zones Subversives à ce sujet

http://www.zones-subversives.com/2018/03/sortir-desmouvements-sectoriels-edito-n-32.html

Texte de critique de l’Université et du capitalisme

https://infokiosques.net/spip.php?article14